BayardBad 1 – Echirolles 1

Résumé par Cap’tain Fleur 🙂

Un petit aperçu de notre première sortie soit IC J1 D1A Pontcharra 1 Échirolles 1 (en référence à Fred !)

Pour cette première sortie, voici une p’tite intro, une p’tite présentation des membres de notre équipage.

Donc, nous voici 6 dans un fameux trois mats (hisse et ho Santiano!), prêt pour 6 ou 7 mois de galère, en train de ramer à contre-courant… mais peut-être arriverons-nous à prendre la force du vent afin que cela vire à bâbord et devienne une croisière de plaisir ! Nous n’avons pas tous le pied marin, certain ont déjà pris de la coculine ou du mercalm, et certain ou plutôt certaine n’en a pas pris et aurait dû y penser… hum hum ! Nous portons tous nos gilets bleus et la bouée est prête à être jetée…

Au cas où certain ne s’en serait pas aperçu, le capitaine a décidé d’être capitaine de bateau sur l’eau (je ne vous refais le coup de la chanson !)… dc… capitaine de bateau (cela aurait pu être de foot, ou de navires spatiaux, ou de flamme ou que sais-je encore !)… nous vous raconterons alors notre folle épopée faite, je l’espère, d’aventures en tous genres…

Notre première rencontre est à domicile ou à bon port pour garder le thème ou la direction, ou pour ne pas perdre le nord ! Nous rencontrons donc Échirolles…

Deux joutes ont lieu en même temps, joutes par équipe féminine et joute par équipe masculine… Les filles vont livrer un beau combat, avec de très bons et beaux points, le match se joue en trois sets dont le dernier se termine à 23-21 ramenant notre premier point en D1… Les filles commencent à être redoutées par les adversaires ce sont nos Ann Bony et Mary Read, corsaires et pirates redoutables… Bravo les filles et pourvu que ça dure… Les mecs perdent le premier set 21-12 et gagne le 2d 21-19… Ils sont sur le pont, ou sur le pied de guerre, pacifistes tout même ms la flotte est derrière eux… Malheureusement, le 3ème set leur échappe avec de beaux points vers la fin… ms les adversaires esquivent les attaques et qqs boulets font plouf, beau combat pour cette nouvelle paire de double homme, longue vie à vous !

Commence alors un compte à rebours pour J-No alias Bernardo, pendant que le simple dame se joue âprement et qui sera gagné en 2 sets… jusqu’au bout, ne rien lâcher est la devise de Laetithia… le simple homme se joue sur le central, de beaux points, ms la mer est agitée, l’adversaire coriace et si ce n’est pas le souffle qui a manqué, c’est le stress, ce parasite qui s’est installé sur le central… Peut-être aussi que l’adversaire était plus fort !

Le combat est serré, cela fait 2-2… tout se joue sur la dernière joute, un homme, une femme et vice versa ! C’est là où il aurait fallu prendre un peu de coculine ou de mercalm, voire de sédatif PC histoire de se relaxer, certains penseront à d’autres substances, oui ms à la mer comme à la mer ! (je fais des références comme je peux…) Les coups de boulets dans le filet en veux tu en voilà, des canons mal débouchés, des boulets en plastique, bref tout un arsenal pour laisser filer le bateau adverse avec pour eux le point de la victoire !

Mais, nos victuailles sont là et bien là, on fait mieux en mer qu’à terre, il y a de l’abondance dans les cales, cette année !

Enfin je ne peux finir que par cette dernière salve : le bateau qui ne résiste pas à la première tempête n’est pas fait pour le voyage…

Fleur

  1. Joliment raconté!

    Dommage pour la victoire, mais le spectacle était là!
    En tant que bleu d’à côté, j’ai noté de biens beaux gestes. Je me suis réjouis de vos démonstrations d’émotions, et même si Sylvain nous en a encore bien fait baver, on a quand même pu en profiter.

    Aller, ça n’était pas une tempête, à peine une petite bourrasque, et un navire tout neuf à toujours besoin de quelques réglages pour affronter les grandes traversées.

    N’oubliez pas que la bataille est plus souvent psychologique que navale, et pour ça : on est derrière vous!

    AAAAaaallez l’équipe 1 encore bravo, et souquez ferme matelots!

    Tom

  2. Quel agréable croisière que la lecture de ce billet.
    Sans roulis ni tangage.

    Avec une montée en D1 cette année nous aurions pu craindre une histoire de galère ou un avis de vent fort ou de tempête, alors que nous n’avons assisté qu’à une joute navale plutôt équilibrée.

    Le super capitaine s’étant tellement investi dans les affrontements de ses matelots, ou de son mousse(bonhomme en mousse), en a juste un peu oublié sa propre rencontre. Sa férocité habituelle n’était plus à flots; son second n’ayant pas pu palier cette petite absence.
    Si certes il y a là une défaite, elle n’est pas cinglante ou infamante.
    Ce n’était qu’un écueil, une petite voie d’eau, mais loin d’un chavirage, et surtout pas un naufrage.
    Alors une seule réaction s’impose :
    Colmatez les brèches, tout le monde sur le pont !
    Choquez la grand voile, lâchez du lest et
    Cap sur les victoires.

    Capitaine, tous, nous vous souhaitons :" Bon cap et Bon vent ! "

    Fred(Gardien de phare).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.