In the west side – D3A J7

Pour commencer ouvrir [cette page|http://www.deezer.com/fr/music/ennio-morricone/musique-de-films-454080#music/musique-de-film/musique-de-film-40-titres-d-anthologie-413768__] sous deezer et cliquer sur la chanson 22 Ponch town… l’Ouest sauvage… La plus grande ville de truands à des miles à la ronde. A peine entré dans la ville que le croque-mort te mesure, te pèse, pas encore emballé mais presque enterré. D’un sourire narquois, il te demande de choisir ton bois et ta couleur pour les planches et le capitonnage de ton cercueil… Quelques vautours tournent déjà… Team two, une équipe de jeunes colts, tout juste sortis de l’école de tir, pas encore des pistoleros, plutôt des pieds-tendres…. Le cuir de leur étui n’est pas encore assoupli, leurs mains sont trop fragiles, leurs démarches hésitantes. Mais, décidés, cette année, ils affrontent tous les dangers. Entrée au saloon. La musique s’arrête. Tout le monde les regarde, mais impassibles ils avancent jusqu’au comptoir. 3 laits-fraise, 2 whisky-limonade et quelques bières light… Deux personnes s’avancent : un homme et une femme… Calamity Gaëla et nervous John, s’interposent. Le couple les interpelle : “Hey les étrangers, c’est pas un bar à bleusaille ici…Sortez d’ici et quittez la ville !” Nervous John rétorque : “Oh la ! c’est pas écrit exclusivité au GUC ici…” Réponse rapide : “Alors amenez vous, on va régler ça à l’ancienne, 21 pas, dehors, face à face…” Prête à en découdre, Calamity Gaëla s’oppose à son adversaire, John se charge du sien… 21 pas…1, 2, 3, …21, la sueur coule, la tension est palpable, la main tremble, les jambes flageolent mais la volonté subsiste… 1 tir, 2 tirs, de l’effort, de la douleur…un genou à terre, se relever, … en vain, … lever son arme encore une fois, …dans un frémissement, la chute, dans le sable chaud, bouillant, presque volcanique…John échoue… Gaëla n’a pas plus de chance de son côté. Tous deux atteints, à attendre la fin, à bout de souffle, épuisés, souffrants moralement… Au saloon, Brendan the kid et Régis james sont pris en poursuite par deux puissants gaillards, après une prise de contacts en leur défaveur, ils tentent de leur opposer une autre stratégie, ils se réfugient dans un wagon de mine, mais débusqués, ils sont contraints à une course poursuite, les chariots dévalant les rails à toute vitesse, les roues crissant et crachant des étincelles dans la noirceur des lieux, leurs adversaires ne les lâchent pas d’un pouce, se rapprochant toujours, tirant ici et là, même à pleine vitesse cette fuite semble vaine, leur contre-offensive inefficace, nos deux camarades concentrés sur leur défense ne voient pas leurs assaillants tirer dans les aiguillages et en un instant c’est la fin; Brendan the kid et Régis james sont envoyés au fond du gouffre… Calamity Gaëla légèrement touchée s’en revient au saloon, prête pour un second affrontement. Avec Patricia oakey aussi remontée qu’elle, toutes deux se retrouvent obligées de faire face à deux danseuses pour une battle de french cancan !!!! tin tin tin tin tin tin tin-tin-tin tin tin tin tin tin etc… etc… Prises au dépourvu, nos danseuses se laissent largement dominer dans la première partie du show, mais bien qu’épuisées de leurs efforts, Gaëla et Pat durcissent le ton et résistent farouchement, quelles filles !! Cependant la défaite est bien là encore au rendez-vous malgré les encouragements de la foule. Patricia oakey déçue et blessée se jette dans la foule pour se mesurer à deux provocateurs…nervous John se joint à elle, clopin clopant pour assurer ses arrières, un cercle se forme, autour des quatre combattants. Colts à terre, c’est de mano à mano que cela se règle. Un direct du droit, un crochet du gauche, une projection dans les cordes, un saut de l’ange, une cravatte, le coup de la corde à linge, tout y passe…après un moment de dure lutte, sous les coups et la fatigue, tous deux se laissent tomber dos à dos… Big Fredo bill, grand aventurier de l’ouest, survivant de bien des duels reste dubitatif face à temps d’erreurs tactiques et de mains tremblantes. Coach de cette drôle d’équipe, il avait déjà tout vu… Cette drôle d’équipe 2, cette team two de l’Ouest… Un duel de plus, et encore une défaite. Certes l’adversaire était de taille, mais il y avait des choses à faire… Il fallait juste y croire un peu plus et vendre beaucoup plus chèrement sa peau… Comme à chaque fin de bagarre nous pansons nos blessures et après tant d’affrontements, nous arrosons la réconciliation dans la joie et la bonne humeur. Ayant prouvé notre combattivité, nous sommes enfin acceptés au sein de Ponch town,et de son saloon. Et la ville des morts se met en branle pour un banquet. Jean-Yves crockett, Jean nonimo, notre président Oliver grant et quelques autres sont venus se joindre à la fête. Et tous, dans l’adversité,nous avons évolué et trouvé davantage qu’à l’arrivée… Allez croque-mort, ne soit pas triste; toi et ton vautour, vous aurez d’autres occasions… Et l’aventure se poursuit comme toujours dans le soleil couchant… __I’m a poor lonesome cowboy…__

  1. Je reste sans mot…
    C’est génial et on s’y croit vraiment ! J’ai vu Gaëla et Patricia danser le French cancan !!! Si si.
    Mais où vas-tu chercher tout ca ????
    J’attends le suivant avec impatience !

  2. Les histoires tristes ont toujours beaucoup de succès au ciné, mais à quant un beau roman à l’eau de rose qui finirait par "Comme d’habitude, ils rentrèrent heureux chez eux après avoir gagné beaucoup de points et les 3 matchs nécessaire à la victoire" ?
    En tout cas ne changez rien à l’état d’esprit de votre équipe. Allez la "team two" !!!

  3. On y arrivera !! On va se battre encore, et encore, et on va y arriver !! Et un jour olivier, tu auras ton histoire à l’eau de rose et un beau 5-0 en notre faveur !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.